Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 10:49

nortel.jpgLa concentration du secteur des équipementiers de réseaux télécoms est en marche; le dépeçage de Nortel n'était pas encore complètement terminé que l'on notait déjà les atermoiements des actionnaires de Nokia-Siemens après les lourdes dépréciations d'actifs de la co-entreprise en Q4 2009. Plus récemment, l'annonce de la scission des activités terminaux et réseaux de Motorola (pour la vente probable de cette dernière) a encore aiguisé l'appétit des acquéreurs potentiels, au premier rang desquels le constructeur chinois Huawei.


La candidature de Huawei n'est pas anodine. L'entreprise chinoise, dont 75% des ventes se font à l'international, se heurte depuis des années au protectionnisme américain et ne parvient pas à se développer outre-atlantique aussi bien qu'en zone Europe, Moyen-Orient et Afrique. Or, la croissance nord-américaine est un facteur clé de succès pour Huawei sur le chemin d'une domination mondiale qui serait ultimement contestée à Ericsson d'ici cinq ans, si l'entreprise continuait à croître de plus de 20% par an. Comment contourner l'obstacle du congrès américain, et parvenir à améliorer l'image du groupe aux Etats-Unis ? N'oublions pas qu'Huawei a été fondé et est encore dirigé par un ancien membre de l'armée populaire de libération. Sa tentative de rachat de 3Com avait été bloquée en 2008 par l'administration Bush. Comment éviter un nouvel échec ?


huaweiL'entreprise s'est ainsi fortement engagée dans un effort de lobbying sans précédent auprès des autorités américaines, et serait prête à signer un accord avec le gouvernement pour contrôler son activité aux Etats-Unis, à l'image de celui contracté par Alcatel peu avant la fusion avec Lucent. Ses coûteux efforts de communication institutionnelle vont également dans le sens d'une normalisation de son image de marque: rédaction d'un rapport sur la responsabilité sociale d'entreprise, financement de bourses de recherche, création d'emplois dans des pays touchés par la crise ne font cependant pas oublier qu'Huawei est une société non cotée peu transparente, qui bénéficie de crédits considérables de la China Development Bank (30 milliards de dollars).

 

L'acquisition des activités réseaux de Motorola ouvrirait à Huawei l'accès au marché américain, mais pas seulement: notre belle capitale Paris est encore couverte en réseau GSM par des équipements vendus en 1999 par l'entreprise américaine à Orange; après Bouygues Telecom et SFR, Huawei deviendrait ainsi mécaniquement fournisseur stratégique de France Telecom sur le sol national. Ce serait faire d'une pierre deux coups. A moins que, sentant le coup venir, les concurrents occidentaux d'Huawei subtilisent au nez et à la barbe des chinois la proie tant convoitée.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by France 2.0 - dans Equipementiers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : France 2.0
  • : Un regard passionné sur l'évolution des technologies de l'information en France et à l'étranger. Les opinions exprimées sont strictement personnelles.
  • Contact

Recherche