Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 17:43

 

invitation-THD2010-copie-1.jpg

 

Organisée par Aromates Relations Publiques et l'IDATE (Institut de l'Audiovisuel et des Télécommunications en Europe), cette quatrième occurrence des assises du Très Haut Débit a tenu les promesses qu'auguraient un programme riche et des intervenants sous les feux de l'actualité. Positionné deux jours après la publication du Programme gouvernenmental pour le Très Haut Débit, cinq jours après la mise à disposition par l'ARCEP d'une proposition de décision sur le cadre règlementaire de la fibre dans les zones peu denses, le colloque a permis à Michel Mercier, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Ludovic Silicani d'expliquer par oral les mesures proposées et d'écouter les premières réactions suscitées par leurs textes. Traditionnellement appréciées des représentants des collectivités locales, les assises ont montré toute l'importance d'une coordination publique-privée pour homogénéiser le déploiement de la fibre sur des territoires divisés en zones 1, 2 et 3, éligibles selon les cas aux guichets de soutien public A, B ou C, créés dans le cadre du Grand Emprunt. Une complexité du dispositif rendue nécessaire par la flexibilité donnée aux différents acteurs économiques, opérateurs, ou collectivités, de s'engager dans ce grand chantier du Très Haut Débit et de bénéficier de l'effet de levier des deux milliards d'euros mis à disposition par l'Etat.

 

FibreL'objectif est simple: accélérer le déploiement de la fibre dans tous les territoires, et éviter une fracture numérique dont plusieurs élus ont rappelé qu'elle pré-existait dans de nombreuses communes parfois encore limitées à un débit de 56 kb/s, bien loin des 100 Mb/s promis par la fibre. Faut-il des étapes technologiques intermédiaires ? La question a été clairement posée. La modernisation des infrastructures de l'opérateur historique, également appelée "montée en débit" pourrait ainsi également bénéficier des subsides d'état dans un cadre réglementaires restant à définir. Avançant ses pions, Eutelsat était aussi présent et indiquait pouvoir faire bénéficier d'un débit descendant de 50Mb/s à 500,000 personnes grâce à un satellite de nouvelle génération, projet dont la recherche et développement pourrait être subventionnée par l'Etat. Une solution non disponible avant 2014, et dont les limitations technologiques en latence et débit montant ont été habilement passées sous silence. La place des technologies hertziennes terrestres a elle aussi été évoquée, Jean-Ludovic Silicani expliquant notamment que la procédure d'allocation des licences de la 4G mobile préparée par l'ARCEP allait être suffisamment "créative" pour contribuer à l'objectif général d'aménagement numérique du territoire; une déclaration importante, qui pourrait permettre aux "oubliés du haut-débit" de passer de 56 kb/s à environ 10 Mb/s en moyenne (débit descendant), comme le montrent les premiers résultats du LTE dans les villes de Stockholm et Oslo, bien plus rapidement qu'avec la fibre ou même qu'avec un satellite large bande encore hypothétique.

 

Tous les participants s'accordaient sur un financement nécessaire de 30 milliards d'euros pour déployer le très haut débit en France, une somme importante en ces temps de rigueur budgétaire. Mais les chiffres sont là: 2 milliards d'euros du grand emprunt vont générer un investissement complet public-privé de 7 milliards, selon Nathalie Kosciusko-Morizet, dans les zones 2 et 3. A cette somme s'ajoutera les investissements des opérateurs (Orange, SFR, Iliad, Numéricable et Bouygues Telecom) pour les zones denses, soit encore 10 à 15 milliards sur les quinze prochaines années. Reste 10 milliards à trouver, qui seront financés par l'Etat par la pérennisation du fonds d'aménagement numérique des territoires crée par la loi Pintat, amorcé par le Grand Emprunt, alimenté ensuite par un dispositif mis au point par le Sénateur Hervé Maurey. Celui-ci évoque une somme à trouver par an comprise entre 500 millions et 1 milliards d'euros, par la création d'une nouvelle taxe dont la nature n'est pas encore figée. Cette somme est à peu près en ligne avec les conclusions du rapport réalisé par le cabinet TACTIS à l'intention de Michel Mercier en Février 2010. A titre d'exemple, et peut-être pour préparer les esprits, le Sénateur Maurey indiquait qu'une augmentation de deux euros par mois des abonnements haut-débit pourrait être une piste suffisante, pas trop douloureuse, pour alimenter le fonds. En tout état de cause, l'addition est assez convaincante: les financements sont là. Aux acteurs économiques de s'organiser en bonne intelligence pour obtenir une couverture propre à la mise en place de services à l'échelle nationale.

 

Google-tv-adsCar le défi est également de remplir les tuyaux très haut débit de contenus et d'applications qui provoqueront cette révolution des usages et créeront de la valeur. Beaucoup d'exemples ont été donnés: e-éducation et télémédecine pour rapprocher virtuellement les zones les moins pourvues en écoles, médecins et hôpitaux des centres les plus renommés. Vidéoconférence haute-définition pour compenser l'éloignement et économiser en CO2. La neutralité des réseaux a également été évoquée par le représentant de Skype, promoteur d'une ouverture plus large aux applications de l'internet, et par Pierre Louette, Secrétaire général de France Telecom, a qui le Président de Google aurait dit:"construisez les réseaux, nous prendrons l'argent".

 

L'ensemble du colloque était couvert en direct sur Twitter (sous le hashtag #THDAN) où une discussion parallèle animée avait lieu, montrant bien la multiplication des canaux d'information et des usages numériques. Espérons que les Assises de l'an prochain montrerons les premiers résultats d'une politique publique que l'on peut qualifier de volontariste, et courageuse.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : France 2.0
  • : Un regard passionné sur l'évolution des technologies de l'information en France et à l'étranger. Les opinions exprimées sont strictement personnelles.
  • Contact

Recherche