Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 10:33

huaweiCréée en 1988 par un ancien officier de l'Armée de Libération Populaire de Chine, Huawei a présenté des résultats de chiffre d'affaires 2009 de $21.5 Mds, seulement légèrement inférieurs à ceux d'un géant comme Google. La croissance de l'équipementier chinois, qui a plus que triplé ses ventes depuis 2005, est impressionnante. Ses méthodes et sa stratégie sont d'une efficacité implacable: son agressivité commerciale, ses capacités de financement et la progression fulgurante de ses compétences techniques en font un concurrent redoutable, hier sous-estimé, aujourd'hui souvent diabolisé. Les difficultés rencontrées par Huawei en Inde sont, à mon sens, symptomatiques d'un palier stratégique atteint par la société, et dont le franchissement ne sera pas sans conséquences pour son devenir. 


chineRégulièrement confrontés à des accusation d'espionnage et à des liens douteux avec l'armée chinoise, la société Huawei, entièrement privée, n'a pas obligation, comme la totalité de ses concurrents majeurs, de faire auditer ses comptes et de dévoiler aux analystes financiers et industriels le détail de son organisation capitalistique. C'est bien ce que lui reproche l'état indien, dont la décision récente - non officielle - de suspendre l'achat d'équipements de télécommunications chinois notamment pour des raisons de sécurité fait trembler Huawei, dont les ventes dans ce pays sont passées de $170 millions à $2.3 Mds en cinq ans, atteignant plus de 11% de ses revenus mondiaux. La Chine et l'Inde s'affrontent régulièrement sur le plan commercial, et ce n'est pas la première fois que Huawei se heurte aux autorités indiennes, qui craignent que les sociétés de télécommunication chinoises ne profitent de leurs positions en Inde pour installer des systèmes d'espionnage économique sur les réseaux fixes et mobiles. En effet, Huawei n'est pas la seule société visée: ZTE, cotée en bourse, subit également les contraintes de l'administration indienne, ainsi que Acelink et UTStarcom. Le problème va donc au-delà de la seule situation de Huawei, mais la publicité très négative de cette affaire est susceptible d'affecter durablement le fournisseur chinois, qui serait prêt, pour la première fois, à divulguer la répartition de son capital au gouvernement indien.

 

huawei-india.jpgC'est un signe fort de transparence et de bonne volonté qui montre l'importance stratégique de ce moment dans l'histoire d'Huawei. Trop longtemps, l'entreprise a été accusée, à tort ou à raison, d'entretenir des liens obscurs avec l'état chinois; l'affaire indienne remet au devant de la scène le risque d'espionnage industriel qui concerne principalement le coeur des réseaux fixes et mobiles, là où Huawei a su prendre des parts de marché solides. En Inde, Huawei fournit ses équipements à la moitié des opérateurs présents. La concurrence commerciale entre les deux pays sur la scène internationale est telle qu'on peut comprendre la nervosité des autorités. 

 

Rendre public la répartition de son capital (après l'Inde, nul doute que d'autres pays seront intéressés!) est peut-être le premier pas vers une introduction en bourse qui permettrait de lever des milliards d'euros et de réorganiser le bilan de Huawei et la structure de son financement, au prix d'une transparence plus grande et des coûts inhérents aux présentation trimestrielles des résultats. Cela aurait un autre effet majeur: celui de rendre liquides les parts de l'entreprise détenues en majorité par les salariés, rendant ainsi plus concrète la valeur économique de leurs actions. Est-ce cela diminuerait la motivation des employés subitement enrichis ? Peut-être...

 

ll y a là un dilemme sérieux: forcée d'engager un processus de normalisation de sa gouvernance pour continuer à croître sur les marchés porteurs (Inde, Etats-Unis...), Huawei pourrait alors perdre une partie des atouts qui lui permettent aujourd'hui de se diversifier face à Ericsson, Nokia ou Alcatel-Lucent. La transparence a un prix...A quelques semaines des enchères indiennes pour l'attribution des licences 3G, les milliards d'investissement pour la mise en place des réseaux mobiles de troisième génération ne sont pas négligeables dans cette réflexion.



Partager cet article

Repost 0
Published by France 2.0 - dans Equipementiers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : France 2.0
  • : Un regard passionné sur l'évolution des technologies de l'information en France et à l'étranger. Les opinions exprimées sont strictement personnelles.
  • Contact

Recherche