Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:35

marianne.jpgEn déplacement à Rennes hier, Nathalie Kosciusko-Morizet et René Ricol se sont livrés à un exercice pédagogique d'explication et de rappel des règles qui prévaudront pour l'investissement des €4.5 Mds dévolus au numérique dans le grand emprunt. Un discours de la méthode, en somme, pour canaliser les ardeurs des nombreux chasseurs de subventions qui doivent déjà graviter autour d'eux, attirés par l'importance de la somme.


Un message très clair a pourtant été passé: sans exception, tous les projets devront être soumis aux équipes du Commissariat général à l'investissement, ou CGI, (en étroite association avec le Secrétariat d'Etat chargé du développement de l'économie numérique) qui les analyseront en fonction de critères précis: développement d'écosystèmes combinant recherche, PME/TPE et grandes entreprises, création d'emplois et rentabilité économique. L'investissement sera préféré à la subvention. Le projet de loi de finances rectificatives prévoyait pourtant au moins €750M de subventions notamment pour des projets d'initiative publique, dans le cadre du déploiement du très haut débit; il est probable que les €3.75 Mds restants seront attribués en majorité sous forme de prêts, garanties ou investissements en capital.   


caisse.jpgUne autre annonce est passée relativement inaperçue: le numérique fera ainsi exception par-rapport aux autres domaines d'investissement. Si la gestion du fonds national pour la société numérique sera confiée à un opérateur, la Caisse des Dépôts et Consignation, seuls le CGI et le Secrétariat d'état animeront la gouvernance stratégique du fonds, et les décisions seront ultimement ratifiées par le Premier Ministre. Autrement dit l'opérateur n'aura qu'un rôle mineur dans le dispositif, ce qui montre clairement l'importance politique de ce dossier. La Caisse investit pourtant depuis de nombreuses années dans le développement numérique des territoires, et continuera d'être sollicitée. Le cadre du grand emprunt est différent: il s'agit d'aller au-delà des pratiques déjà connues, avec un objectif très ambitieux de stimulation du pays dans cette période critique de d'après-crise. Nous ne pouvons que nous en féliciter.

Partager cet article

Repost 0
Published by fortelle.over-blog.com - dans Numérique et administrations
commenter cet article

commentaires

Michel LEBON 31/03/2010 12:04


Que devient le MERAT (Ministère Espace Rural et Aménagement du Territoire) dans ce processus décisionnel ?
Par exemple:
1- comment le lien sera-t-il effectué avec les projets retenus dans le cadre des "Appels à Projet Très Haut Débit rural à base de fibre" (fonds FEADER) ?
2- peut-on envisager un projet de RIP national, déposé par l'état régalien, via la DATAR, pour construire ce Grand Backbone Optique THD "structurant", disposant d'au moins un POP par département
que nous sommes beaucoup à réclamer, moi le premier ...?


Présentation

  • : France 2.0
  • : Un regard passionné sur l'évolution des technologies de l'information en France et à l'étranger. Les opinions exprimées sont strictement personnelles.
  • Contact

Recherche