Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 09:50
Fibre.jpgAvez-vous remarqué ? De François Fillon à Nathalie Kosciusko-Morizet, en passant par Jean-Luc Silicani, une même ambition politique relative à la mise en place d'infrastructures de très haut débit a été martelée: la fibre doit être acheminée en même temps à la fois dans les zones denses et dans celles qui ne le sont pas.
 
Ambition louable, cohérente avec la volonté d'éviter une nouvelle fracture numérique qui serait encore démultipliée par les performances du très haut débit, alors même que certaines localités ne disposent pas encore de l'ADSL, et/ou attendent encore une couverture correcte en téléphonie mobile. Mais voilà...peut-on faire concorder cet objectif politique avec la dure réalité économique ? C'est tout le débat qui est lancé en sourdine par l'ensemble des acteurs du numérique, à commencer par les opérateurs qui ont annoncé des plans d'investissement massifs...principalement dans les zones denses.

Revenons quelques mois en arrière. Il n'a déjà pas été facile pour l'ARCEP de réglementer la mise en place des infrastructures de fibre optique en zone dense, dite zone 1. Les polémiques autour des fibres surnuméraires et du point de mutualisation ont retardé l'annonce d'un accord entre les acteurs, finalement obtenu en Décembre 2009; seul Bouygues Telecom conteste encore (et tardivement!) un cadre réglementaire qui permet le déblocage des investissements pour les quinze plus grandes villes de France.

Qu'en est-il des autres zones ? L'ARCEP travaille à l'extension du cadre réglementaire aux zones moins denses, pour lesquelles une intervention publique sera probablement nécessaire pour rendre les projets économiquement rentables aux acteurs privés. Pour cela, plusieurs pistes:

- Le grand emprunt comporte une part de 2Mds€ pour les infrastructures de très haut débit. Dans le détail du projet de loi de finances rectificative, on lit que 1Md€ devrait être attribué aux zones moyennement denses, sous formes de prêts, 1Md€ aux zones peu denses sous formes de subventions.

- Hervé Maurey, Sénateur Nouveau Centre de l'Eure, a été choisi par le gouvernement pour proposer des recommandations d'ici fin Juillet 2010 afin d'alimenter de manière pérenne le Fonds National pour la Société Numérique.

- L'ARCEP s'est prononcé sur la pertinence du plan de montée en débit de France Télécom, qui permettrait l'amélioration des performances du réseau ADSL actuel en conservant la boucle locale en cuivre: elle serait tolérée dans les zones non dégroupées ou aucun projet de réseau en fibre n'est prévu à moyen terme. 

 

THDNous le voyons, la fracture numérique est déjà à nos portes, puisque les zones denses bénéficient d'une incitation économique et réglementaire au déploiement, quand le reste du territoire attend encore des décisions structurantes pour son avenir numérique.

Il y a pourtant une bonne nouvelle: tous les outils sont en place pour réaliser l'ambition de départ, la fibre partout, pour tous, dans un grand programme qui s'achèvera en 2025, selon l'engagement du Président. La mise en place d'infrastructures de très haut débit est une "priorité nationale", le grand emprunt est voté: 2010 doit être l'année des premiers appel à projets d'envergure en zones non denses, pour montrer que cette volonté politique est réelle. Combattre la fracture numérique pour stimuler la compétitivité de tous les territoires.

Partager cet article

Repost 0
Published by fortelle.over-blog.com - dans Trés haut débit fixe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : France 2.0
  • : Un regard passionné sur l'évolution des technologies de l'information en France et à l'étranger. Les opinions exprimées sont strictement personnelles.
  • Contact

Recherche