Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 22:03
La question de la meilleure technologie à utiliser pour le très haut débit mobile agite en ce moment les Etats-Unis, où pas moins de trois opérateurs majeurs, Verizon, AT&T et MetroPCS se sont déterminés à lancer le standard LTE, et où Clearwire défend encore le standard concurrent Wimax. Depuis que la FCC, le régulateur américain du secteur des télécommunications, harbinger.jpgs'est prononcé en faveur d'une modernisation rapide des infrastructures mobiles américaines, d'autres acteurs prennent position; un groupe de capital investissement, Harbinger Capital Partners, a ainsi annoncé son intention de créer un réseau LTE national dont l'ouverture serait prévue pour fin 2011 à Denver et Phoenix, et le réseau totalement opérationnel sur l'ensemble du territoire en 2015.
 
Le plus étonnant dans cette affaire n'est pas de voir un opérateur de plus couvrir le pays, bien que cela soit déjà un sérieux défi, mais bien de voir que les fréquences de l'industrie du satellite tombent dans l'escarcelle de projets plus "terre-à-terre". Si Harbinger possède en effet l'opérateur SkyTerra de communications par satellite -- et détient à ce titre 23 MHz de spectre dont l'usage a récemment été étendu aux technologies mobiles terrestre par la FCC -- le groupe financier souhaite valoriser ce spectre par la mis en place d'un réseau LTE de 36.000 antennes-relais, soit un investissement de plusieurs milliards de dollars. L'idée n'est pas de vendre des services en direct aux abonnés américains, mais d'être un marchand de débit et de capacité auquel pourront s'adresser toutes sortes d'opérateurs; mais attention, la FCC refuse que Verizon et AT&T puisse acheter à eux deux plus de 25% du traffic total fourni par Harbinger/SkyTerra. L'objectif est bien d'augmenter la concurrence et de favoriser les acteurs plus modestes.
 
satellite.jpgPourquoi délaisser le satellite au profit d'une infrastructure purement terrestre ? Harbinger évoque les meilleures performances et les économies d'échelle du LTE, le coût important des lancements de satellites et le plus faible volume de terminaux, au design souvent peu avenant. Cela dit, pour LTE, il faut du spectre...On pourrait s'inquiéter de la qualité de celui de SkyTerra, finalement assez réduit (23 MHz, LTE fonctionnant au mieux sur des canaux de 2 x 20MHz), et non continu, en plusieurs tranches; mais un accord avec Immarsat est en préparation pour ajouter 30 MHz supplémentaires au projet dès 2013. D'autres partenaires seraient également intéressés.
 
Dans ce contexte, les discussions françaises autour du satellite MEGASAT, qui serait construit par Eutelsat, Astrium et Thales en co-opération avec le CNES, et dont la moitié de l'investissement pourrait être financé par le grand emprunt, laissent un peu perplexes. Ne faudrait-il pas penser plutôt à élargir le spectre dévolu au LTE dans les fréquences inférieures à 2 GHz, pour favoriser la création d'une offre de gros compétitive, pour une couverture rurale de qualité ? La question mérite d'être posée.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by fortelle.over-blog.com - dans Trés haut débit mobile
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : France 2.0
  • : Un regard passionné sur l'évolution des technologies de l'information en France et à l'étranger. Les opinions exprimées sont strictement personnelles.
  • Contact

Recherche