Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 23:50

marianne-copie-1.jpg L'été sera chaud pour les cabinets ministériels, peut-être même pour le gouvernement lui-même. Au plus tard en octobre, une redéfinition des portefeuilles s'effectuera pour préparer la future campagne présidentielle de 2012. C'est peut-être aujourd'hui le moment de rêver à un grand ministère du numérique doté d'une administration en propre, et qui coordonnerait toutes les actions en cours dans ce vaste secteur si important pour la reprise de la croissance.

 

france numériqueDans le cadre des assises des territoires ruraux en Février 2010, le très haut débit et le développement des usages numériques est arrivé en première place dans les préoccupations des élus. En conséquence, le Président, le Premier Ministre et plusieurs ministres n'ont pas ménagé leurs efforts pour mettre en place un plan ambitieux, dont les ramifications sont industrielles, culturelles, comportementales sans parler des enjeux forts d'e-éducation, de e-santé, d'aménagement du territoire et de lutte contre la fracture numérique. Cet aspect transversal explique pourquoi Nathalie Kosciusko-Morizet, Michel Mercier, Frédéric Mitterrand et Christian Estrosi sont tour à tour impliqués dans le développement numérique de notre pays, certes en bonne intelligence mais également pris dans le tourbillon de leurs autres engagements. Même la Secrétaire d'Etat chargée du développement de l'économie numérique a aussi une autre charge, celle de la prospective, comme si le numérique en soi ne pouvait être une activité à part entière. De la même façon, le volet numérique du grand emprunt a attiré la convoitise de plusieurs ministres, que ce soit pour la numérisation des ouvrages de la bibliothèque nationale ou pour la microélectronique, chaque administration cherchant à tirer un bénéfice de cette manne de €4.5 Milliards.

 

François Fillon, qui fut Ministre délégué à la Poste, aux Télécommunications et à l'Espace, et qui laure-de-la-raudiere.jpgs'investit particulièrement fort dans le développement du numérique, devrait être sensible à cette idée d'un grand ministère du numérique portée notamment par la députée Laure de la Raudière et par Nathalie Kosciusko-Morizet (dont les propositions en ce sens ne datent pas d'hier, disait elle encore récemment dans la Tribune BFM TV) dans des prises de positions argumentées qui ont pour objet de garder la France dans les premières places de ce secteur. Oui, nkmla France commence a perdre des places dans le classement mondial, notamment en ce qui concerne les politiques gouvernementales. Est-ce étonnant quand la Secrétaire d'Etat en charge de ce développement ne dispose d'aucune administration, et ne doit compter que sur onze collaborateurs, dont plusieurs travaillent sur le sujet de la prospective, chiffre qui devra être ramené à quatre au cours de l'été, compte tenu des nouvelles directives gouvernementales ? 

 

Il est sans doute possible de revoir l'organisation des ministères pour rendre au secteur du numérique l'importance qui lui est due; peut-être même la mise en commun des forces permettrait-elle de faire des économies, d'augmenter l'efficacité globale et de mieux réussir ce chantier essentiel du XXI siècle, dont l'importance politique augmente au fil des années. Espérons qu'un gouvernement resserré ne mettra pas aux oubliettes, ou en queue de peloton, cette activité de développement du numérique en France.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : France 2.0
  • : Un regard passionné sur l'évolution des technologies de l'information en France et à l'étranger. Les opinions exprimées sont strictement personnelles.
  • Contact

Recherche